LA DEMOGRAPHIE MEDICALE EN AQUITAINE

Troisième région de France par sa superficie, l'Aquitaine, composée de 5 départements (Dordogne, Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques et Lot-et-Garonne) est un pays de contrastes à bien des égards. Réunissant à la fois des départements côtiers, montagneux et de plaines, elle cultive également de grandes variations en terme de démographie. La région recense 141 bassins de vie, dont près de 80 % comptent moins de 30.000 habitants, correspondant ainsi à des secteurs ruraux. Les plus fortes densités d'habitants par km² se trouvent essentiellement réunies sur les deux pôles urbains majeurs de la région que sont la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), et l'agglomération réunissant Bayonne, Anglet et Biarritz (BAB). A l'opposé, certains départements connaissent des zones de faible densité démographique (zones montagneuses des Pyrénées, Landes, Nord Gironde, etc...), pour un total de 3.120.000 habitants environ.

 

De la même façon, les variations de l'âge moyen des populations varient de manière importante, certains bassins de vie se classant parmi les plus âgés de France (Dordogne, Lot-et-Garonne et piémont pyrénéen par exemple).

 

Les mêmes contrastes existent au niveau de la démographie médicale. Le Conseil National de l'Ordre des Médecins recense 11.215 médecins actifs en Aquitaine dont 10.311 en activité régulière, soit 3.180 médecins pour 100.000 habitants. Ce résultat classe la région en 4ème position française. L'analyse détaillée fait, hélas, apparaître une autre réalité :

  • 53 % des médecins exercent en Gironde, et principalement sur la CUB,
  • 21 % exercent dans les Pyrénées-Atlantiques,
  • 9,5 % exercent dans les Landes,
  • 9 % exercent en Dordogne,
  • 7,5 % exercent dans le Lot-et-Garonne.

Avec des chiffres régionaux supérieurs à la moyenne nationale, l'Aquitaine connaît dans ce domaine de réelles disparités, comme le montre le graphique suivant :

 

Plus problématique encore est la répartition des spécialistes, qui dans les deux départements les plus dotés en médecins, sont plus nombreux que les généralistes, et apparaissent en carence dans les départements à faible densité médicale.

 

La majorité des médecins exerce en secteur salarié, avec toutefois là aussi des différences. Les Pyrénées-Atlantiques recensent la plus forte proportion de médecins libéraux, quand la Gironde à l'opposé compte le plus de médecins salariés.

 

Comme on peut le constater, les inégalités territoriales sont une réalité qu'il ne faut pas masquer, et le Conseil Régional de l'Ordre des Médecins d'Aquitaine depuis plusieurs années alerte les institutionnels sur ce sujet. Le paradoxe en effet est tel, que dans les zones à faible densité de spécialistes, la carence ou la difficulté d'accès au second recours risque d'induire un obstacle à la venue de généralistes. On comprend donc aisément que la ou les solutions aux problèmes de démographie médicale ne sauraient être le fruit d'une décision prise à la va-vite ou pire encore dans un souci strictement comptable.

 

Dr Bruno HAMMEL, Secrétaire Général

Conseil Régional de l'Ordre des Médecins d'Aquitaine

 

Sources : Atlas de la Démographie régionale du Conseil National de l'Ordre des Médecins 2013